L’histoire du village de Launay.

 

I. Les fondements.

 

L’histoire de Launay se perd dans la nuit des temps.

A Launay, il n’ y a pas  de trace d’habitat attestant une présence humaine pour les périodes préhistoriques. Trois mégalithiques disparus au moment du percement de la ligne de chemin de fer,  se trouvant le long du chemin dénommé: La Trigale, prouvent qu’elle n’était pas nulle. Les nombreux affleurements de silex devaient attirer d’ailleurs quelques tailleurs de pierre, trouvant là, matière à leurs futurs outils et armements. La Risle et ses poissons, les forêts alentours avec ses gibiers devaient aussi constituer une bonne réserve alimentaire et un lieu où nos chasseurs cueilleurs trouvaient qu’il faisait bon  vivre.

Pas de trace d’habitation sur les périodes Hallstatt et Tènes. Les nombreuses sources autour du village laissent supposer la présence de celtes qui avaient une forte propension à voir dans ces sources la main d’un de leurs Dieux.  Il est écrit au sujet de la source de « la Goutte d’Or » se trouvant sur la commune mais disparue elle aussi sous la ligne de chemin de fer:  » La Vierge à l’enfant remise à l’honneur dans l’Eglise de Launay, était connue sous le nom de  Vierge à la Goutte d’or. Comme il s’agit d’une statue de bois, peut-être y avait-il prés de la fontaine un modeste oratoire pour l’abriter des intempéries, et en poussant les choses à l’extrême, la Vierge aurait-elle anciennement remplacé quelque divinité païenne, ce qui pourrait s’admettre si quelque vertu curative était reconnue aux eaux de la fontaine (pèlerinage jadis le 8 septembre. »

Le nom de Launay vient de l’aulne, arbre qui pousse dans les endroits humides et marécageux. C’est toujours le cas aujourd’hui pour une partie de la commune. Il nous donne une idée de l’endroit à ces époques: des marécages et encore des marécages. Il est cité pour la première fois en 1088 sous la forme de: « Alneto ». Les bois d’aulnes étaient appréciés à ces époques  pour sa particularité d’être imputrescible et de donner un excellent charbon de bois. Il était considéré par les druides comme un arbre sacré. Il servait à la construction de pont, et comme chacun le sait, sans charbon de bois de qualité pas de fer ni acier. Ceci vient appuyer ce qui est dit ci-dessus pour la période en question.

La présence romaine est attestée elle par la trouvaille dans un jardin d’un col d’amphore. L’endroit est certainement le point de non navigabilité de la Risle en direction de l’aval. Le chemin qui relie Beaumont le Roger et Serquigny, dont la rectitude laisse supposer qu’elle était une voie romaine, les romains avaient des besoins stratégiques que le haut moyen-âge ignorera, rejoint la Risle à cet endroit. Launay alors un port, recevant les longues barques à fond plat lourdement chargées? Les romains durent trouver l’endroit un peu trop marécageux pour y construire un établissement thermal, laissant ainsi de côté les soins des dieux gaulois. Ils préférèrent alors l’embranchement de  la Risle et de la Charentonne, et les hauteurs de Serquigny plus facile à défendre.

Les périodes mérovingiennes et carolingiennes, continuité de l’empire romain, n’ont pas du apporter de grand changement à Launay, l’épicentre politique de ces époques étant situé entre Rhin et Meuse. Peut-être que Launay vit s’installer à l’époque de Mérovée, époque calme et propice au développement économique, un moulin à eau dont l’usage était déjà connu des Celtes. Les temps carolingiens furent probablement plus  mouvementés. L’apparition des vikings a du secouer la région autant que les esprits. Mais il n’est pas sûr qu’ils furent omniprésents, la Risle n’offrant pas un tirant d’eau suffisant à leurs Drakkars. Par contre, la Risle et la Charentonne marquèrent la frontière entre le premier comté  de Normandie et  le reste du « Royaume ».

Dans ce contexte, Launay est donc probablement l’un des plus vieux petits villages de Normandie.

A suivre… Launay au temps des Principautés.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’auteur de ces lignes est diplômé du Centre Michelet, Sorbonne Paris I, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, d’un troisième cycle de Paris-Dauphine.

0 commentaire à “L’histoire du village de Launay.”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



kabylia2007 |
journalducentre |
thegamerzone |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sondagessociauxetsolidaires
| tpesurfacebook
| surchargecognitive